Edition 2013

Edition 2013

Le bilan

8 jours de festival
16 spectacles, dont 1 création et 2 coproductions dans 10 langues originales
43 représentations à Lyon et en région
plus de 200 artistes invités
18 metteurs en scène, dont 12 femmes
Près de 9000 spectateurs (4000 lors de la première édition)
900 nuitées
18 rencontres, débats, projections, exposition et bal populaire sous le chapiteau place des Célestins, qui ont réuni près de 2500 participants
3 tournées et 10 villes, en région (Vénissieux et Valence), en France (Toulouse, Douai, Évry, Évreux), en Europe (Genève, Vienne, Prague, Budapest)
10 865 kilomètres parcourus par l’équipe cambodgienne depuis Battambang
11 617 kilomètres parcourus par l’équipe chilienne

La presse en parle

La manifestation lyonnaise est une très bonne nouvelle dans notre société douillette où la scène est encombrée de « produits culturels » insipides.


De Armelle Héliot, Le Figaro, 24/10/13

Du théâtre politique et engagé venu des quatre coins du globe, tel était l’alléchant programme de la troisième édition du festival Sens Interdits porté par le théâtre des Célestins de Lyon, et rayonnant dans toute l’agglomération. Une cuvée passionnante qui a tenu ses promesses.


De Eric Demay, Mouvement.net, 04/11/13

Il faut remercier le festival Sens Interdits de favoriser de tels spectacles. Pour certains artistes, nous imaginons combien sont inespérés ces espaces où ils peuvent s’exprimer librement.[…] Un petit week-end à Sens Interdits, c’est une étape majeure pour le voyageur qui croit qu’il n’y a pas de meilleure carte politique que celle de citoyen du monde.


De Evelyne Trân, Le Monde.fr, 31/10/13

Et nous voilà à nous demander depuis quand nous n’avions pas vu pareil enthousiasme du public dans cette ville de Lyon réputée (à juste titre) froide.


De Nadja Pobel, Le Petit Bulletin, 31/10/13

Durant sept jours, le festival Sens Interdits oriente notre curiosité vers des théâtres venus d’ailleurs. À la fois exigeants et captivants.


Le Progrès, 23/10/13

en écho