C'était un samedi

Irène Bonnaud

Grèce / France

ven.

15

oct.

lun.

18

oct.

mar.

19

oct.

ven.

22

oct.

jeu.

21

oct.

Infos Pratiques

  • Pays : Grèce / France
  • Durée : 1h30
  • Type : Spectacles
  • Spectacle en grec surtitré en français
  • A partir de 15 ans

« Le théâtre, parce qu’il est un artisanat modeste, parce qu’il sait ouvrir un espace où se rassembler, où écouter une histoire, a son rôle à jouer pour rapporter la parole des témoins. La vérité se transmet toujours de bouche à oreille. »
Irène Bonnaud

« Dans notre petite ville, nous avions bien quatre mille juifs, pas moins, plutôt plus. Tous étaient rassemblés autour de leur synagogue. » Une femme seule, entourée de figurines en terre cuite hautes comme des enfants. Elle chante et conte l’histoire de cette communauté juive-romaniote de Ioannina, dans l’Épire.
À partir de la nouvelle de Dimitris Hadziz, elle raconte la vie de Sabethai Kabilis et Joseph Eliyia, amis malgré la différence de classe. À partir de témoignages, elle raconte la déportation à Auschwitz-Birkenau, le samedi 25 mars 1943. Elle raconte la seule révolte du camp, une histoire grecque. Avec tendresse et ténacité, elle fait revivre les fantômes. Le théâtre se fait sentinelle de la mémoire meurtrie.

Découvrez le teaser

© Zoi Tilinski© Zoi Tilinski© Zoi Tilinski© Dimitri Alexakis© Dimitri Alexakis© Dimitri Alexakis

Irène Bonnaud
Irène Bonnaud est metteure en scène, traductrice du grec et de l’allemand et dramaturge. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée de lettres modernes, elle est l’autrice d’une thèse sur la période américaine de Brecht.
Elle crée son premier spectacle en 2002 à l’occasion du festival Müller Factory, consacré à Heiner Müller. Rapidement remarquée, elle crée la compagnie 813 dont elle est directrice artistique et devient artiste associée au théâtre Dijon-Bourgogne en 2007. Elle dirige ensuite la troupe de la Comédie-Française dans Fanny de Marcel Pagnol, puis est artiste associée au théâtre du Nord à Lille en 2013.
C’est en 2017 qu’elle travaille avec le KET (Kypseli - Athènes) pour la première fois, pour la création en grec moderne de Guerre des paysages, d’après les textes d’Ilias Poulos et de Dimitris Alexakis. En 2019, son spectacle Amitié, montage de texte de Pier Paolo Pasolini et Eduardo de Filippo, est représenté dans le IN du Festival d’Avignon.
C’était un samedi est sa deuxième création avec le KET : elle a écrit la deuxième partie du spectacle à partir d’entretiens et de témoignages et met en scène Fotini Banou.

Fotini Banou
Fotini Banou est chanteuse, musicienne et comédienne. En 2012 elle fonde le KET, espace indépendant de création dans le quartier de Kypseli à Athènes, qu’elle co-dirige avec Dimitris Alexakis depuis 2012. Elle a récemment mis en scène Dans mon pays, on dit que Tchernobyl est un arbre qui grandit et C’était un samedi est sa deuxième collaboration avec Irène Bonnaud, qui l’a dirigée dans Guerre des paysages en 2017.

Les Romaniotes sont une communauté juive installée en Grèce depuis 2400 ans, issue des populations juives hellénisées restées ou reparties en diaspora après l’exil de Babylone. Ils parlent le yevanic ou judéo-grec, langue dérivée de l’hébreu et écrite en caractères hébraïques, aujourd’hui considérée comme éteinte.
Les membres de la communauté sont déportés dans leur quasi-totalité en 1943. Le 7 octobre 1944 à Auschwitz, 300 Juifs grecs, séfarades et romaniotes, participent à l’un des soulèvements les plus retentissants de l’histoire des camps. Reste aujourd’hui ce chiffre, le plus élevé d’Europe : 87% des Juifs grecs ont été exterminés dans les camps de la mort. La plupart des survivants ont émigré pendant ou après la guerre civile grecque (1945-1949) vers les pays anglophones ou Israël. Au début du XXIème siècle, il ne reste que quatre communautés romaniotes actives : à Thessalonique et Ioannina en Grèce, à New York et à Jérusalem.
La communauté de Ioannina contient aujourd’hui environ cinquante membres, dont la majorité est très âgée. Parmi les Romaniotes célèbres, on compte Georges Moustaki et Albert Cohen — mais leur histoire est encore très méconnue.

Mise en scène : Irène Bonnaud
Texte de la première partie : Dimitris Hadzis / Joseph Eliyia (montage Irène Bonnaud)
Texte de la deuxième partie : Irène Bonnaud (traduit du français par Fotini Banou)

Avec: Fotini Banou (jeu, chant)
Scénographie (sculptures) : Clio Makris
Lumière : Daniel Levy
Régie : Yannis Zervas
Vidéo : Irène Bonnaud
Surtitrage : Dimitris Alexakis
Photographies : Dimitris Alexakis, Zoi Tilinski
Collaboration artistique Angeliki Karabela, Dimitris Alexakis

Production : KET / TV Control Center (Athènes, Grèce)
Co-production : Scène Nationale Châteauvallon-Liberté, Théâtre National de Nice
Production déléguée : KET / TV Control Center (Athènes, Grèce)
Résidence : KET mars-mai et fin août 2020
Avec le soutien de l’Institut Français de Grèce (Athènes)

Co-réalisation Festival Sens Interdits et le Radiant-Bellevue